Le récit économique français

La thèse du rapport « Construisons la marque France » 

est que même si le récit économique français n’est pas aujourd’hui clairement identifié, il existe quelque part dans l’inconscient collectif.  Il est nécessaire d’en chercher les indices, principalement dans l’histoire et dans la réalité économique actuelle, et de le reconstituer afin qu’il apparaisse clair et crédible aux yeux de tous. 

Il s’agit ensuite de partager, d’associer et de permettre l’appropriation du travail par l’ensemble des acteurs économiques ou membres de corps intermédiaires dans un premier temps, puis l’ensemble des Français ensuite.
Un tel travail n’aurait pas de sens s’il n’était pas largement partagé et que chacun n’y retrouvait pas, au moins pour partie, l’une de ses idées, l’une de ses passions, l’une de ses visions à propos de son pays
La proposition de la mission concernant le récit économique s’appuie sur trois piliers, trois valeurs fondamentales qui fonderont le récit de la promesse de la Marque France :
1. «L’amour des gestes et des savoir-faire »
La première constatation de la mission est que la France a hissé le savoir-faire au niveau d’un art. Le mot « savoir-faire » est d’ailleurs connu en français dans le texte dans le monde entier.
Avec le Japon, la France est l’un des seuls pays qui ait réussi à théoriser ses processus de création et de production au point d’en faire une culture à part entière. C’est au cœur d’une dualité typiquement française, aux confins de la science et de l’art, de l’industrie et de l’artisanat, de la culture et de la technologie, que se sont créées des compétences et des métiers aux savoir-faire et aux gestes si spécifiques.
 2. «La vision : la capacité à penser, imaginer et initier»
Une deuxième caractéristique très puissante de la France et des Français est la capacité de vision : ne pas se contenter de créer des produits et des services, mais leur donner du sens et imaginer le monde qui va avec, quand bien même il faille être pionnier et initier des tendances.
La capacité d’imagination est une chance, un trésor. L’imagination est une notion intéressante, belle et riche. Moins «technique» que la créativité, elle incorpore la vision, au sens de la capacité de projection, aussi la capacité de construire des «mondes possibles», comme le dit une théorie sociologique. Moins technique et plus «habitée», plus de souffle que la simple innovation ou invention.
Elle donne à la France, ce côté «inspiré» dans son action. La France semble toujours mue, en économie, par un sens du dessein qui dépasse toujours la vision instrumentale de la tâche à accomplir. Elle fait toujours passer le souffle de l’inspiration dans ce qu’elle entreprend.
3. « L’art de la surprise»
Un troisième aspect a paru particulièrement prégnant et très différenciant aux membres de la mission : la France n’est jamais là où on l’attend. Elle ne veut être « une copie de rien », elle n’aime pas mettre ses pas dans les traces des autres, elle veut souvent « faire modèle ».
De fait, l’esprit français est déconstructeur. Il aime analyser, décomposer, comprendre, pour mieux reconstruire, réinventer, faire naître des choses nouvelles, inattendues et décisives.
Ce n’est peut-être pas un hasard si la «  French Theory  » (Derrida, Deleuze…) de la déconstruction a eu une influence très forte notamment aux États-Unis, dans de nombreux domaines, de la philosophie à l’architecture, en passant par la littérature.
Dans l’idée que ce récit, pour être accepté et partagé par tous doit pouvoir s’intégrer ou à tout le moins ne pas entrer en contradiction flagrante avec les différentes visions déjà existantes proposées par les grandes collectivités présentes sur le champ du marketing territorial à l’international.
Il faudrait pour valider plus sérieusement le propos faire une étude exhaustive de la communication des grandes régions et des métropoles, je me contenterai de quelques cas.
La prochaine réforme territoriale va donner aux métropoles le rôle de locomotives économiques pour relancer l’économie française par les territoires et il serait vraiment dommage que le « récit économique français » soit diamétralement opposé au récit de ces métropoles.
Lyon : (Source Be you Be in Lyon – Focus sur l’attractivité de Lyon – Plaquette diffusée lors du MIPIM 2011)
PASSÉ PRÉSENT
Capitale des Gaules de l’Empire Romain, florissante à la Renaissance sous le règne
des banquiers italiens, adulée pendant des siècles par toutes les cours d’Europe pour l’excellence de ses soieries…
Et aujourd’hui encore, des amphithéâtres romains, des hôtels particuliers de la Renaissance, des traboules et tout un patrimoine historique et architectural classé par l’UNESCO.
MOUVEMENT 
Un aéroport international, deux gares TGV en centre-ville, plus de 200 000 m2 d’exposition entre la Cité internationale, Eurexpo et la Halle Tony Garnier, de grandes écoles et des universités accueillant chercheurs et étudiants du monde entier… Lyon est une ville dynamique, ouverte au monde et sur le monde.
ÉQUILIBRE
Lorsque l’on embrasse Lyon du regard, du haut de la colline de Fourvière, une sensation s’impose : celle d’une belle harmonie. Entre passé et présent, entre collines de l’Ouest et grandes plaines de l’Est, entre vivacité de la Saône et majesté du Rhône, entre ville si dense et nature si proche.
TENDANCE
Immeubles Haute Qualité Environnementale des nouveaux quartiers en construction
à la Part-Dieu, à Confluence. Berges du Rhône réaménagées en espaces verts et pistes cyclables, priorité aux modes de déplacements doux – vélo’v, tramway, métro… Pôles de compétitivité, centres de recherche, nouvelles technologies.
À Lyon, ville de tradition, la modernité est partout.
Il n’y a donc pas d’opposition flagrante entre ces deux récits.
Paris ( source site web investinParis)
Dans le classement des villes les plus compétitives, commandé par Citigroup et réalisé par The Economist paru le 12 mars 2012, Paris se classe parmi les quatre premières villes mondiales avec New York, Londres et Singapour. Ce classement, qui note 120 villes sur leur capacité à attirer les capitaux, les entreprises, les talents et les touristes, confirme l’attractivité de la métropole parisienne :
Un réseau urbain relié au monde entier
Située dans un rayon de 2000 kmdes pays de l’Union Européenne, Paris est à seulement quelques heures d’accès du plus grand marché du monde.
Une destination business incontournable
Paris, capitale mondiale des salons, séminaires et congrès professionnels.
Un lieu de concentration du pouvoir décisionnel
 Paris est une métropole attractive pour l’implantation de sièges sociaux des entreprises et organisations internationales.
Vivre à Paris
Paris est classée première ville du monde pour la qualité de son mode de vie
  
Montpellier (source : site web Montpellier unlimited)
Montpellier est un territoire unique qui vous permettra de trouver les conditions idéales pour conjuguer croissance efficace et pérenne de votre entreprise et qualité de vie inégalée.
Le dynamisme de Montpellier, ses ambitions et ses atouts concrets sauront vous convaincre de faire le bon choix pour votre entreprise, et pour vous !
Découvrez les 5 principaux atouts du territoire pour une entreprise qui s’implante à Montpellier:
Un marché local en forte croissance
Une dynamique économique démultipliée par l’investissement des pouvoirs publics
Des coûts d’implantation avantageux
Une main d’œuvre qualifiée à des coûts compétitifs
Une capacité d’innovation favorisée par un réseau de plus de 6 400 chercheurs.
Toulouse :
So Toulouse : innovante, créativité, Qualité de vie …
Lille Métropole :
Un bassin d’emploi dynamique au cœur d’une euro métropole attractive
Un foisonnement de compétence
Une terre d’innovation
Une métropole au cœur d’un réseau de transports de premier plan
Un savoir faire tertiaire et industriel incontestable
La plupart des villes françaises, à l’image de leur capitale, axent leur communication sur les qualités du territoire, sans raconter une histoire particulière. Le « récit économique français » ne pourra donc que leur apporter un plus si ces métropoles savent s’en servir intelligemment pour le décliner localement sans le dénaturer.
Sans être chauvin à l’extrême, j’ai gardé pour la fin l’exemple de Nantes Saint Nazaire dont le guide d’expression mis à disposition des acteurs du territoire qu’ils soient entreprises, associations, grandes écoles ou université ou opérateurs touristiques est ce qui s’approche le plus de la démarche lancée au niveau français.
On y retrouve tout à fait, déclinées de manière différente, les trois valeurs qui fondent le récit français, en y ajoutant le petit plus de la déclinaison locale à travers la culture du vivre ensemble.
Nantes : (source : Guide d’expression Nantes just imagine.com)
NOTRE DIFFÉRENCE :  Notre manière de créer et d’innover en proposant une nouvelle approche et en changeant les codes.
Nantes Saint -Nazaire est un territoire où l’innovation s’exprime avec audace, confiance et imagination ; il n’hésite pas à oser le décalage et stimuler l’imagination.
NOTRE CULTURE : La culture du faire ensemble.
Elle s’exprime par le travail en réseaux opérationnels solidaires, motivés par des objectifs communs, organisés en gestion de projets.
NOTRE ASPIRATION : Le développement maîtrisé.
L’équilibre qui encourage un développement maîtrisé, protecteur de la qualité de la vie.

One thought on “Le récit économique français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *