Le gazon et l’herbe folle

Ce week-end a lieu dans la banlieue de Nantes un festival de musique. Dès jeudi soir, les rues de Nantes résonnaient de langues étrangères… Folle journée diriez vous ? Et bien, non, Hellfest ! Ah! ces gens là ont l’air bien moins fréquentables. Ils se promènent tout de noir vêtus, avec parfois des têtes qui feraient peur à ma grand mère. Mais ils viennent de l’Europe entière. Peut-on en dire autant du public des Folles Journées? Ce n’est certes pas ces têtes là qu’imaginent tous ceux qui dessinent un avenir international à la métropole. Et pourtant … Ce matin, je pense au jardin de mon grand père, bien dessiné, avec ses carrés de légumes d’un coté, ses fleurs de l’autre. Il était beau, il répondait à sa fonction, mais sans surprise. Et je regarde celui de mon voisin, plein d’herbes folles, avec des recoins, des petites zones aménagées, d’autres laissées comme à l’abandon. Lequel des deux choisirais-je ? Si je veux vivre une expérience inoubliable … le second s’impose. Le XXème siècle nous a appris, avec les amis du Corbusier, que le propre n’est pas toujours le meilleur. Il importe de savoir conserver des espaces de liberté, c’est cela qui peut attirer.

One thought on “Le gazon et l’herbe folle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *